Information sur l'emploi, la formation et les métiers en Normandie

Cité des métiers de Normandie

Suivez Informétiers
 

 
Accueil
 
Archéologue
En quoi consiste ce métier ? VERSION IMPRIMABLE

Spécialisé dans l’étude des vestiges du passé, l’archéologue travaille sur le terrain où il dirige des équipes de fouilles chargées de mettre à jour des statues, bijoux, pièces de monnaies, parties de bâtiments, sépultures, tessons d’amphores… Son activité s’exerce aussi en laboratoire.
Avant de commencer l’exploration d’un site, l’archéologue se documente. Il consulte des cartes ou des plans, lit la littérature traitant des réalités géographiques et historiques du site. Il parcourt le terrain à pied, prend des photos… A la suite de ce travail d’étude, il met au point une méthode d’intervention.
Quand le terrain est prêt pour les fouilles, il conduit les travaux, encadre le personnel, fait respecter les règles de sécurité, gère le budget… C’est un véritable chef de chantier. Tous les objets mis au jour sont triés et répertoriés. L’archéologue les analyse, les décrit, les date. Il dresse aussi le plan du site.
Enfin, il rédige un rapport de fouilles accompagné de dessins et de photos. Il peut aussi écrire des articles pour des revues scientifiques, donner des conférences, préparer des expositions.

Dans quelles conditions ? Quels employeurs ?

Le principal employeur est l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). L’archéologue peut aussi exercer comme enseignant-chercheur à l’université, chercheur au CNRS ou encore comme conservateur dans un musée. Il peut aussi être employé par le ministère de la Culture ou les collectivités territoriales (communes, départements).

L’archéologue peut passer plusieurs mois ou même quelques années sur un site historique, en France ou à l’étranger, dans le cadre d’un programme de recherche. Il peut aussi intervenir sur des petits chantiers dans le cadre de projet de parking, de construction d’autoroute, de tracé de TGV, de constructions immobilières (archéologie préventive). Dans ce cas, les contraintes de temps sont lourdes car l’archéologue doit agir vite pour ne pas retarder les travaux d’aménagement ou d’urbanisme.

Dans son travail, l’archéologue est amené à collaborer avec d’autres spécialistes : géologues, zoologues, anthropologues, botanistes, céramologues… Il a aussi de nombreux échanges avec les élus, aménageurs et entreprises du BTP, administrations, grand public.

Sur un site, l’archéologue vit en communauté dans des conditions matérielles et climatiques parfois difficiles. Physiquement éprouvant, ce métier peut imposer des horaires de travail lourds. Il requiert minutie, rigueur et précision, capacités d’observation, d’analyse et de synthèse.

Comment y accéder?

L’archéologie est principalement enseignée à l’université. De nombreuses facultés proposent la licence Histoire de l’art et archéologie. Cette licence peut ensuite être prolongée par un master (bac +5) dans le domaine. Ce niveau d’études permet d’être ingénieur de recherche en archéologie et de postuler aux concours de la fonction publique d’Etat (conservateur du patrimoine) ou territoriale (conservateur territorial du patrimoine). Pour devenir chercheur ou enseignant-chercheur, il faut continuer jusqu’à l’obtention du doctorat (bac +8) qui vient valider le travail de thèse préparé pendant au moins trois ans après le master.
L’Ecole du Louvre, particulièrement reconnue pour ses enseignements dans le domaine, est une autre possibilité d’accéder au métier. Elle propose un cursus composé de trois cycles et prépare au concours de conservateur du patrimoine.


Ce métier est accessible aux femmes et aux hommes

source : Groupe de travail Prisme Basse-Normandie (d'après plusieurs fiches dont celles de l'Onisep)

Informations légales - Adresses utiles - Réalisation - Plan du site - contact   RSS

Logo Etat    Logo Conseil Régional    Logo FSE    Logo Errefom