Information sur l'emploi, la formation et les métiers en Normandie

Cité des métiers de Normandie

Suivez Informétiers
 

 
Accueil
 
Technicien en automatismes - Technicienne en automatismes
En quoi consiste ce métier ? VERSION IMPRIMABLE

Pour concevoir un automatisme, le technicien part de la description très précise du processus de fabrication contenue dans le cahier des charges : suite des opérations à automatiser (dosage, mesurage, régulation d'un niveau, déplacement d'un outil ou d'une pièce...), contraintes à prendre en compte (pression, températures...). Cette première étape demande évidemment une concertation très étroite avec les futurs utilisateurs (responsable de production, directeur technique, opérateurs, etc.) et le bureau d'étude mécanique.
Il sélectionne ensuite sur sa station d'IAO (Ingénierie assistée par ordinateur) les briques logicielles qui vont permettre de contrôler et de commander ces diverses opérations. Les briques sont des programmes préétablis, écrits pour répondre à une application industrielle déterminée. Le technicien les assemble afin de définir de proche en proche l'architecture du système de production sur lequel il travaille.

Puis, le technicien effectue le paramétrage des blocs logiciels sélectionnés. Autrement dit, il introduit dans ces programmes des valeurs spécifiques (températures, vitesses, pressions, trajectoires suivies...). Lorsqu'une opération n'a pas d'équivalent dans les modules logiciels proposés, il écrit le programme correspondant.

Sa qualification lui permet généralement de concevoir la partie mécanique du système : choix des solutions techniques (moteurs, vérins, roulements...), calcul des caractéristiques de chaque constituant (puissance d'un moteur, course et diamètre d'un vérin, etc.).

Enfin, il rassemble dans un dossier le descriptif technique du système automatisé ainsi que les plans électriques et pneumatiques à remettre aux personnes de l'atelier.


Il peut aussi assurer le suivi de la réalisation et la mise en service, ainsi que la maintenance.

Dans quelles conditions ? Quels employeurs ?

Les diverses activités associées à un projet sont souvent réparties entre plusieurs personnes. Les aides informatiques fournies permettent au technicien d'effectuer rapidement et de manière cohérente les différentes opérations de conception (recherche de solutions) ou d'étude (description des solutions retenues).

Le technicien en automatismes est présent dans de très nombreuses activités industrielles : construction automobile, production et transformation des métaux, mécanique, textile, chimie, agroalimentaire, production d'énergie, industrie pharmaceutique, plasturgie, papier-carton, etc. Dans les sociétés de conseil et d'ingénierie, il occupe des fonctions de conception, essais et mise en service. Dans les transports (SNCF, RATP), on lui confie des fonctions d'exploitation (régulation du trafic) ou de maintenance.

En entreprise industrielle, pour les fonctions de maintenance, tous les types d'horaires se rencontrent : horaires normaux, horaires postés (2 x 8, 3 x 8), de fin de semaine ou d'astreinte.

Les perspectives d'emploi semblent bonnes car l'automatisation de la production se développe dans tous les secteurs industriels process continus, ateliers flexibles îlots de machines automatisées, machines-outils à commande numérique. Avec l'avènement de l'informatique industrielle, la tendance est au développement de l'intégration en réseau et le technicien en automatismes doit développer ses compétences dans ce domaine.

En 2000, les salaires de début se situent en général autour de 1.370 euros brut mensuels. Après quelques mois représentant la période d'adaptation dans l'entreprise, la progression peut être rapide.


Comment y accéder?

Les automatismes font appel à des technologies très diverses et de nombreuses formations permettent de s'insérer dans ce secteur.
En conception-études le minimum demandé est le niveau Bac+2 avec les brevets de technicien supérieur (BTS) et les diplômes universitaires de technologie (DUT).
Citons :
- les BTS contrôle industriel et régulation automatique (CIRA); électrotechnique ; informatique et réseaux pour l'industrie et les services techniques ; mécanique et automatismes industriels (MAI);
- les DUT génie électrique et informatique industrielle (GEII), option : automatismes et systèmes ; informatique, option informatique et systèmes industriels ; mesures physiques.

Le DUT mesures physiques et le BTS contrôle industriel et régulation automatique (CIRA) conviennent bien aux industries qui mettent en œuvre des procédés de fabrication continue (agroalimentaire, chimie, sidérurgie, production d'énergie).

En maintenance le Bac pro maintenance des systèmes mécaniques automatisés (MSMA) est le minimum demandé par les entreprises pour les automatismes les plus simples. Les BTS-DUT sont particulièrement appréciés. Outre ceux déjà cités, on peut mentionner : le BTS Maintenance des systèmes option A systèmes de production, le DUT Génie industriel et maintenance, le DUT Génie mécanique et productique.

Comment évoluer ?

Après plusieurs années d'expérience et en complétant sa qualification, il peut accéder à des postes plus importants de technicien supérieur ou d'ingénieur (responsable de bureau d'études, chef de projet, responsable du service maintenance).


Ce métier est accessible aux femmes et aux hommes

source : Onisep

Informations légales - Adresses utiles - Réalisation - Plan du site - contact   RSS

Logo Etat    Logo Conseil Régional    Logo FSE    Logo Errefom